Les événements chez Caramba Cinemas

Bande annonce
Infos sur le film
Critiques de la presse
Réservation de places


Le film:

Réalisateur: Benoît Mariage
Acteurs: Benoît Poelvoorde, Tatiana Rojo, Marc Zinga
Genre: Comédie dramatique
Durée: 1H22
Pays: B
Année: 2013
Admis à partir de 6 ans

José est agent de footballeur. Il roule sa bosse en Côte d’Ivoire pour repérer des jeunes talents du ballon rond. José est un Bruxellois hâbleur, qui couche volontiers avec Gigi, une belle Africaine qui aime avant tout le luxe qu’il lui offre… Un jour, José repère Yaya, un garçon des rues avec un potentiel de champion, et le ramène en Belgique. Yaya est-il la poule aux œufs d’or pour José ? Entre les quartiers pauvres d’Abidjan et le Sporting Club de Charleroi, le "gap" culturel est brutal… Et réserve des surprises.


Les échos de la presse française sont excellents:

**** Le Monde

Par Jacques Mandelbaum
Film aimable, plutôt juste et finalement assez doux, qui, s'il ne réinvente pas la poudre comique, navigue entre les deux eaux du réalisme social et du sentiment d'absurdité propre à l'école belge.

**** Le Nouvel Observateur

Par Fabrice Pliskin
La réussite du film, c'est l'indéniable sentiment qu'inspire au spectateur ce marchand marchandisé, pris dans les jeux de l'amour et de l'argent, avec les Ivoiriennes qui ne se montrent pas moins recruteuses de ressources humaines que lui.

**** TéléCinéObs

Par Marie-Elisabeth Rouchy
Formé à l'école de l'émission "Strip Tease", Benoït Mariage oscille entre humour noir et folle tendresse, tendant à l'Afrique et à ceux qui l'exploitent, parfois avec un amour sincère, un singulier miroir.

**** Télérama

Par Mathilde Blottière
Le foot, sport de l'intégration par excellence, démocratique et populaire, sert de (bon) prétexte pour pointer cette communication difficile qui transforme les relations entre Africains et Européens en une série de malentendus aussi cocasses que tragiques.

**** Le Figaroscope

Par Marie-Noëlle Tranchant

Autour du football, une comédie sur les rapports de pouvoir et d'argent qui aurait pu être plus aboutie avec un comique moins lourd. Reste le charme décalé de Poelvoorde.

**** Le Journal du Dimanche

Par Barbara Théate
Benoît Mariage signe une fable drôle, cruelle et touchante. La magie de Benoît Poelvoorde opère une nouvelle fois.

**** Les Inrockuptibles

Par Théo Ribeton
La capacité du film à garder le cap malgré tout ce qui menace de le faire sombrer dans la vulgarité d'une part, et surtout dans le naufrage idéologique (il a bon fond, ce raciste !), peut faire des "Rayures" une "dramédie" acceptable, mais c'est principalement à Poelvoorde qu'il faut en donner le crédit.

**** Première

Par Christophe Narbonne
Au-delà de sa dimension tragi-comique convaincante, "Les Rayures du zèbre" se présente comme un excellent document sur cette forme de néocolonialisme qu'est le foot business, véritable miroir aux alouettes pour de jeunes Africains à l'horizon bouché.

**** RTBF

Par Hughes Dayez
"Les rayures du zèbre" s’attaque à un sujet aussi passionnant que casse-gueule : dénoncer certaines magouilles du foot, OK, mais comment ne pas tomber dans la caricature manichéiste avec des méchants colons blancs profiteurs et des gentils noirs exploités ? Heureusement, Benoît Mariage évite tous les pièges. Sans doute parce qu’avec son passé de documentariste, il a su bien s’entourer. Pour construire le personnage de José, il s’est inspiré de Serge Trimpont, ancien journaliste devenu agent de joueurs et dénicheur de talents en Afrique. Le regard que Mariage pose sur ce business est empreint d’humour mais aussi de justesse. […] Mariage filme le choc frontal de deux fantasmes, et c’est là que son film est intéressant. De son côté, avec un accent bruxellois bien trempé, Poelvoorde incarne une sorte de fils spirituel de Raymond Goethals…

Autres réactions de la presse belge ICI


Réservation des places

Réservez ici votre place dans un cinéma Caramba de votre choix Réservez